1. Jazzy 7 ans ago
     Reply

    Pour répondre aux deux questions « alimentaires »: même la bibliothèque d’Alexandrie n’aurait pu contenir tous les ouvrages répondant à ces questions.

    Rester quelques semaines là-bas, donnera un aperçu mais ne permettra pas de répondre aux deux questions.

    Après de nombreux voyages là-bas, je ne peux pas non plus répondre aux questions.

    Les japonais non plus ne peuvent y répondre! Tant l’image qu’un individu a d’un plat est différente du quidam de la préfecture d’à côté, ou même de l’agglomération d’à côté! Voir l’émission 秘密のケンミンSHOW qui tente de répondre à ces questions et qui étonne la nation entière chaque semaine.

    D’autre part entre Hokkaidô et Okinawa, dans combien de zones climatiques différentes se trouve le Japon?

    Où alors, on peut répondre à la manière d’イチロー, un célèbre joueur de baseball, qui a réglé sa vie de façon à faire chaque jour les mêmes choses au mêmes moments, la répétition devant lui libérer l’esprit afin d’être efficace à 100% sur le terrain. Lui, il ne mange que du curry!

    Bon en fait et finalement, pour résumer… j’ai pas vraiment répondu… まぁ、ね。

  2. Sylvain 7 ans ago
     Reply

    Histoire de te faire rêver :
    Dans le métro tokyoïte, je suis tombé en panne de monnaie. Le coin locker ne voulait que des pièces de 300 yens et je n’avais qu’une pièce de 500. Les demoiselles a qui j’ai demandé de la monnaie l’une d’elle m’a prit la pièce, est allée faire la monnaie au vendeur de journaux que je n’avais pas vu derrière son bloc de béton et j’ai pu stocker mon sac dans un casier.

    Tu peux demander ton chemin à un passant / habitant sans te faire agresser.

    Tu peux laisser ton sac à dos sur un banc dans un parc de Tokyo, l’oublier 1h et le retrouver à l’exacte place ou tu l’as laissé. Rien ne manquait à l’appel.

    • ximilian 7 ans ago
       Reply

      La premier fois que j’étais la, je me rappelle de un monsieur que a nous pris dans sa voiture pour nous amener au ryokan. A 22h on a bien apprécié ce type d’aide…

  3. Sylvain 7 ans ago
     Reply

    Pour les parcs nationaux, la réponse est oui. Il y en a plein sur Hokkaido avec une densité d’ours (noirs ?) très élevée. Il y en a un peu partout ailleurs au Japon qui sont, à mon avis, très fréquentés.

    Pour les vacances, j’aurais dit en France ou plutôt à Paris, mais ça serait un peu réducteur.

    Le culte de la sécurité et la solidarité… Je n’en dirai qu’un mot : Fukushima.
    C’est valable aussi pour le culte du « tout profit ».

    J’ai l’impression que tu idéalises tout. Tu risques d’être déçue et rapidement ramenée à la réalité. Comme les japonais qui débarquent à Roissy en idéalisant Paris et ne le résumant qu’à Montmartre, prennent le RER B pour se rendre à Paris et traversent notre splendide banlieue ghetto…

    • marie 7 ans ago
       Reply

      Bien sûr, quand je parle de se beau livre, je ne vais pas forcément dire à quel point les japonais m’agacent avec leur besoin de conformisme (même dans l’anticonformisme, ils se débrouillent pour faire tous pareil), à quel point leur fatalisme et leur respect aveugle de l’autorité m’énerve, ni qu’ils ont souvent l’air d’être de joyeux moutons. Prise par l’enthousiasme, je ne dis pas forcément à quel point leur recherche d’excellence me semble absurde, quand un individu ne peut jamais se démarquer, même par son excellence. Quand on est brillant et japonais, apparemment, on part être brillant ailleurs. Sur place, on l’est en équipe ou on ne l’est pas.
      Voilà, l’écrasement de l’individu m’énerve.
      On n’a pas idée de vivre autant pour le travail. Comme si par le travail les individus pouvaient se fondre dans… je ne sais pas… une forme de transcendance à travers l’entreprise.
      Et oui, je sais qu’on leur a vendu aussi l’idéal de vie dans des barres de béton, tout comme on nous l’a aussi bien vendu en France dans les années 60-70.
      Mais tu pourrais quand même me laisser rêver un peu, avant qu’on parle de sur-urbanisation, de pollution, et d’autres joyeusetés.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

%d blogueurs aiment cette page :